Maquette représentant une chasse d'orignal pendant l'hiver
Cette maquette mesure 22,5 de long, 13 pouces de large et de 13 pouces de haut.
ELLE EST INCORPORÉE DANS LA PLUS GROSSE MAQUETTE AU MONDE SUR LA NOUVELLE-FRANCE 
Cette maquette possède une boîte de plexiglass pouvant la protéger de la poussière et également utile lors des expositions, on peut l'enlever
Un texte explicatif accompagne cette maquette.
 

Prix suggéré

0,00$

Texte historique

Une des premières causes de la colonisation fut la pelleterie. Dès le début , les européens ont appris avec l'aide des amérindiens à chasser les animaux de ce continent. Il était aisé pour les colons de chasser près de chez eux, le gibier étant abondant . Cette nourriture devenait un bon complément à leur récolte, à bien des égards, la nourriture des canadiens demeurait plus variée et meilleure que leurs cousins français. Chaque espèce possédait son territoire , en Nouvelle-France ; le chevreuil ( cerf de virginie), l'orignal et le caribou avaient le leur. Il arrivait parfois que ces territoires se chevauchaient. L'orignal ou l'Élan d'Amérique est notre plus grand cervidé. Il peut peser jusqu'à 650 kilos et mesurer deux mètres de grandeur. Outre sa viande , plusieurs éléments sont utilisés par les amérindiens; la peau fournissait un parchemin, le cuir, les liens, les cordes ; les tendons devenaient du fil et de la colle. Les cornes servent de manches aux couteaux, d'alènes et de cueillères. Les tibias servaient à gratter les peaux, d'une certaine partie des poils teints on s'en servait pour des broderies. Le cuir servait pour des mocassins , des sacs, des lacets, des harnais, des mitaines etc, les babiches servaient pour des raquettes. Les chasses d'hiver consitaient à suivre des orignaux à la trace lors de l'hiver. L'orignal s'enfonçait parfois jusqu'au poitrail dans la neige. Il était alors facile au chasseur en raquette de les chasser. Cette façon de chasser l'orignal a faillit exterminer ce cervidé sur le territoire du Québec.
Référence; Histoire de la chasse au Québec de Paul-Louis Martin